L'humeur de la rédac'

Agora, ecclésia et ostracisme

Lundi, alors que tout Marseille et les supporters de l’OM de par le monde étaient encore assommés par l’indigente prestation de son équipe la veille au soir sur la pelouse du stade René Gallice de Bordeaux – match qui a ajouté une rencontre de plus à la série d’absence de victoire en terres girondines – le club a coup sur coup allumé deux mèches dans son combat contre les groupes ultras et plus largement contre l’identité historique du club. Pareil à un Néron qui craquerait des kilogrammes d’allumettes sur une poudrière, Jacques-Henri Eyraud – puisqu’il faut nommer les responsables par leur nom, quand bien même seules les structures prévalent réellement – pensait très certainement remporter une victoire décisive.
La semaine de l'arbitrage

VAR, l’avènement du foot Pythagore

Depuis quelques temps, un spectre hante le football européen : le spectre de la Superleague. Presque tous les clubs du Gotha européen, de l’Allemagne à l’Italie en passant par la France ou l’Espagne se sont unis pour le faire advenir. Apparu très concrètement pour la première fois au moment des révélations des Football Leaks, il a, depuis le surgissement de la crise sanitaire et économique qui frappe le football européen, pris de plus en plus de corps. Si cette hypothétique (même si elle semble l’être de moins en moins) et radicale rupture occupe une bonne part dans les débats autour du football, il est une autre rupture, déjà bien ancrée celle-là, qui génère bien moins de débat : celle relative à l’assistance vidéo à l’arbitrage.
Tactique

AVB, cas d’école de ce que n’est pas le pragmatisme

Ce soir, l’Olympique de Marseille d’André Villas-Boas se déplace sur la pelouse du stade Raymond Kopa pour y affronter le SCO d’Angers. Pour le dernier match d’une année 2020 particulière, les Phocéens retrouvent donc le terrain sur lequel le mandat d’AVB à la tête du club semble avoir pris le tournant qu’on lui connait depuis lors. En effet, le 3 décembre 2019, quelques jours après une victoire convaincante dans le jeu face à Brest au Vélodrome, les Marseillais décident de laisser le ballon aux Angevins. Dès lors incapables de pratiquer leur jeu de transition qu’ils affectionnent tant, les joueurs de Stéphane Moulin s’inclinent 2-0 grâce à des buts sur coups de pieds arrêtés inscrit par Sanson puis Payet. Ce qui fut, à l’époque, salué par beaucoup comme un coup tactique brillant de la part d’AVB se révéla par la suite être pareil au tournant de la rigueur de 1983 : une triste parenthèse ouverte mais jamais refermée.
FootballitikNos feuilletons

(10) : En Algérie un seul héros, le peuple

Vendredi dernier, le 11 décembre, a marqué le soixantième anniversaire d’un soulèvement populaire. En 1960, après plus de six années de guerre, le peuple algérois est effectivement descendu dans les rues par dizaines de milliers pour réclamer l’indépendance du pays. À cette occasion, Mathieu Rigouste a sorti un film retraçant ce soulèvement, film dans lequel figure des images de stades. Ce n’est un secret pour personne, les Algériens font partie de ces peuples qui ont érigé le football en quasi-religion ; les images qui ont suivi le triomphe lors de la CAN 2019 en Égypte ont témoigné de cette passion débordante pour le football et, à intervalles réguliers, nous voyons surgir des vidéos attestant de la folie qui s’empare souvent des tribunes dans le pays.
Actu

FFF, le fragile édifice

Il y a quelques jours, le tirage au sort des éliminatoires en vue de la Coupe du Monde 2022 a livré son verdict. Placés dans le groupe D en compagnie de l’Ukraine, la Finlande, la Bosnie-Herzégovine et le Kazakhstan, les Bleus peuvent s’estimer heureux d’avoir notamment évité la Suisse, véritable épouvantail du deuxième chapeau. En d’autres termes, hors cataclysme les champions du monde en titre devraient réussir à se qualifier sans guère de problème pour le mondial au Qatar. Ce qui souligne à nouveau la formidable santé sportive de notre sélection.
FootballitikNos feuilletons

(9) : YNWA, par-delà le slogan

Dimanche 27 avril 2014, il est presque 16h lorsque tout Anfield Road entonne You’ll Never Walk Alone, l’hymne du club. Cela fait pourtant un peu plus de 48 minutes que le Liverpool de Brendan Rodgers, alors leader de Premier League, bataille avec le Chelsea de José Mourinho. Une victoire permettrait aux Reds de conserver leur destin en main pour enfin ramener sur les bords de la Mersey un titre qui les fuit depuis 1990.
Actu

Multiplication des diffuseurs, la confiscation du football ?

Le 21 août dernier, sur les coups de 19 heures, la Ligue 1 est entrée dans une nouvelle phase de son histoire. En diffusant le match opposant les Girondins de Bordeaux au Football Club de Nantes, premier match de la saison 2020-2021 – en remplacement de l’un des classiques du championnat, OM-Saint-Etienne, reporté pour cause de multiples cas de coronavirus dans l’effectif marseillais – Mediapro a fait son entrée en tant que diffuseur dans notre pays. Par le biais de sa chaine Telefoot, l’entreprise espagnole diffusera pour les prochaines saisons la grande majorité de la Ligue 1. Son arrivée sur ce marché a permis à la LFP de battre son record de droits TV, dépassant désormais le milliard d’euros par saison.
0