Actu

Tournois interquartiers, la revanche du foot de rue

Le travail aux champs – Jean-François Millet

Après presque six mois d’arrêt, le football a fini par reprendre ses droits en France depuis quelques semaines. Le football professionnel bien sûr avec le lancement de la nouvelle saison de Ligue 1, Ligue 2 et National mais également le football amateur, les plus petites catégories ayant repris la compétition le week-end dernier. Ce retour du football, même s’il se pratique désormais dans des conditions quelque peu sinistres (jauges réduites pour les matchs professionnels, obligation de porter les masques sur le bord de terrain pour les éducateurs pour les matchs amateurs) est assurément une bouffée d’oxygène dont beaucoup avaient besoin pour tenter d’oublier quelque peu le quotidien morose.


Il serait toutefois inexact de prétendre que le football dans son ensemble a attendu la fin de l’été pour se relancer. Dès la date du déconfinement (et parfois même pendant le confinement) des tournois interquartiers ont vu le jour, principalement dans les villes comptant des quartiers populaires. Faisant écho aux différentes CAN des quartiers qui s’étaient déroulées en 2019 autour de la CAN officielle en Égypte, ces « coronatournois » ont sans aucun doute joué le rôle de soupape de décompression pour des populations rudement touchées par la crise sanitaire et ses conséquences sociales dramatiques. Ce retour des matchs entre quartiers auxquels nous assistons depuis quelques années parait être une formidable revanche du foot de rue sur les nouvelles pratiques qui sont apparues ces dernières années, à commencer par la présence des fives.

Un moyen de créer du collectif

Ces différentes compétitions, dont le retentissement a parfois été si grand que des joueurs professionnels ont soutenu des équipes voire ont participé à certains matchs, s’inscrivent me semble-t-il dans une démarche visant à créer du collectif, du lien et du liant social. Réunir plusieurs quartiers voire toute une ville autour d’un stade avec l’animation inhérente à ce genre de matchs entre fumigènes et barbecues participe grandement à mes yeux de la cohésion sociale. Ce qui était vrai au moment des différentes CAN de quartiers l’a été d’autant plus à la sortie du confinement en plein milieu de cette pandémie dont nous ne voyons plus la fin.

Organiser ces tournois revenait finalement à faire de la politique au sens premier du terme. Que sont ces compétitions réunissant des personnes venant d’horizons variés sinon un moyen de s’occuper de la vie de la Cité. À une période où le morcellement de la société était grandissant en raison du confinement, des gestes barrières et où l’autre tendait à être perçu comme un potentiel porteur du virus et non plus comme une personne, la tenue de ces grands rassemblements avec le foot comme ciment a joué sa part dans la lutte contre la dislocation totale de la société.

Donner une autre image des quartiers populaires (de l’importance du narratif)

Tout au fil de l’été, nombre de responsables politiques et d’éditorialistes ont disserté en boucle sur l’insécurité. Gérald Darmanin, le nouveau ministre de l’Intérieur qui rappelle furieusement l’un de ses prédécesseurs désormais abonnés aux gardes à vue et aux tribunaux, a été le fer de lance de cette dynamique. Les termes employés cachaient mal le racisme latent présent dans la société française et la rhétorique sur l’ensauvagement visait bien évidemment les habitants des quartiers populaires. Le récit raconté par les médias dits dominants et la grande majorité de l’échiquier politique présente sans sourciller les habitants de ces zones oubliées par la République comme des barbares sanguinaires.

Aussi est-il fondamental selon moi d’imposer un autre narratif, de raconter une autre histoire, de déconstruire ces fadaises. Les récits de solidarité dans les quartiers populaires effectués par Mediapart notamment durant le confinement ont permis de démontrer à quel point l’image qui était projetée de ces quartiers et de leurs habitants se trouvait bien souvent à mille lieues de la réalité. De la même manière, l’organisation de ces évènements joyeux, festifs et rassembleurs a permis de démonter les mensonges et de démontrer le rôle social du football en même temps que la camaraderie qui existe dans les quartiers populaires, loin de la résurgence d’orange mécanique que certains voudraient nous vendre.

Les fives ou le nouveau mouvement des enclosures

L’autre élément très marquant avec ces différentes compétitions est sans conteste le refus de les organiser dans des fives. Depuis quelques années en effet, ces grands ensembles ont fait leur apparition dans le pays en modifiant progressivement et radicalement la manière d’appréhender le football. À une époque pas si lointaine où ces structures n’existaient pas, le sport roi se pratiquait principalement sur les city stades ou sur les stades de club au moment où ceux-ci étaient libres. Forcés de partager un ou deux terrains entre plusieurs équipes (parfois plus d’une dizaine), les pratiquants étaient alors obligés de gagner leurs matchs pour demeurer sur le terrain, ce qui donnait une allure de coupe de France à ces confrontations – le revers de la médaille étant qu’en cas de défaite l’on pouvait parfois attendre très longtemps avant de rejouer.

Saisissant le filon à exploiter, plusieurs entreprises ont décidé de construire ces fives qui permettent à chacun de jouer une heure (ou plus) durant sans avoir le risque de se faire sortir en cas de défaite moyennant le paiement d’un droit pour jouer durant le temps imparti (tarif qui peut atteindre les 15€ horaires à Paris). Cette tendance n’est pas sans rappeler le mouvement des enclosures qui, selon certains économistes, est à l’origine de la création du capitalisme. Se développant à la fin du XVIème siècle et surtout durant le XVIIème siècle, celui-ci a radicalement modifié l’agriculture britannique. Légalisée par les Inclosure Acts, cette pratique a fait basculer l’agriculture d’un système coopératif à celui de la propriété privée, ce qui a entrainé des mouvements de révoltes mais qui in fine s’est imposé.

Révolte et réappropriation de l’espace public à l’ère des communs

Mettre en place des tournois interquartiers peut ainsi se lire comme une forme de révolte face à cette tendance à la privatisation de la pratique du football. Plutôt que de payer 7, 10 ou 15€ pour jouer durant une heure, participer à ces tournois revient finalement à se réapproprier l’espace public (les stades appartenant pour leur immense majorité aux collectivités territoriales) et ainsi faire prévaloir les logiques de solidarité et de biens communs face à l’intérêt privé.

Peut-être sans le savoir, les organisateurs desdites compétitions arriment leurs actions à tout un imaginaire politique qui, dans le contexte actuel, s’avère quasi-révolutionnaire. En pratiquant l’autogestion, en expulsant la logique du profit (et avec elle celle de la valeur d’échange bien décrite par Marx dans ses écrits pour ne conserver que la valeur d’usage du football), en se mettant en travers de la logique mercantile qui tend à toujours plus s’accroître les participants à ces évènements ne font rien d’autre que s’inscrire dans une tendance globale où, paradoxalement dans le cas des tournois, la compétition du tous contre chacun laisse place à des logiques de travail en commun.

La lutte contre l’archipélisation

Dans un récent et excellent article publié sur le site de Sofoot, Thibaud Leplat disserte sur le spleen qui habite une bonne partie des suiveurs de football depuis la reprise. Il y explique notamment que la multiplication des diffusions de match a joué un rôle dans le morcellement de la communauté foot qui, finalement, ne formerait plus vraiment une communauté mais une juxtaposition de petits groupes. Il emprunte à Jérôme Fourquet le concept d’archipélisation. Le sociologue définissait ce néologisme comme le fait que la société ne constitue plus un tout unitaire mais la somme de petits groupes vivant chacun selon leurs propres modes de vie. Il ne me parait pas exagéré d’adopter cette théorie au football prôné par ces tournois interquartiers.


Avec l’avènement des fives nous avons plus ou moins assisté à une forme d’archipélisation de la pratique du foot hors clubs. Alors que par le passé les matchs de rue permettaient de jouer contre des personnes que l’on ne connaissait pas forcément, la mise en place des fives a quelque peu cassé cette dynamique. Il suffit désormais d’être dix potes pour pouvoir régulièrement jouer sans avoir besoin de se mélanger aux autres. Il est possible d’y voir une forme d’archipélisation de notre pratique du football puisque nous sommes passés d’une époque où le mélange était la règle à celui où il était en passe de devenir l’exception. La révolte portée par les tournois interquartiers fait quelque peu vaciller cette logique, le retour des matchs inopinés sans avoir besoin de préparer une semaine à l’avance la chose nous fait retrouver, à mes yeux, le caractère sauvage et imprévisible du foot que nous pensions avoir perdu. Je me révolte, donc nous sommes finalement comme l’écrivait Albert Camus, l’un des intellectuels ayant la plus haute estime pour le football.

0