Actu

Lewandowski, le grand Robert vers les sommets de Bavière

Robert Lewandowski a atteint la barre symbolique des 200 buts sous le maillot du Bayern Munich. Arrivé en Bavière en 2014, l’attaquant polonais a réussi à se faire une place au panthéon du club le plus titré d’Allemagne. Et son ascension vers les sommets est encore loin d’être terminée.

Robert Lewandowski. Un nom à faire frémir un défenseur rien qu’à le prononcer. Le n°9 du Bayern Munich est aujourd’hui l’un des meilleurs artificiers du continent. Si ce n’est le meilleur. Pendant que d’autres héros du BVB de Jürgen Klopp se sont essoufflés, Lewandowski, lui, a démontré sur la durée qu’il appartenait à une classe à part. Celle des infatigables chasseurs de buts, à l’efficacité clinique et au sang-froid diabolique.

Lewandowski a inscrit son 200e but avec le Bayern Munich mercredi, entrant ainsi encore un peu plus dans l’histoire du club. Si le légendaire Gerd Müller et ses 508 réalisations sont a priori inatteignables, le Polonais n’est désormais plus très loin de Karl-Heinz Rummenigge, auteur de 217 buts pendant sa carrière bavaroise. Le tout en seulement 249 matchs, portant son ratio à 0,8 but par match. Pas étonnant dès lors que le Bayern ait récemment fait parapher un nouveau contrat à son serial-buteur.

« Le Bayern est devenu ma maison sportive. En plus, ma famille et moi sommes bien installés à Munich. Je suis convaincu que nous accomplirons beaucoup de choses dans les années à venir. Le Bayern est l’un des trois plus grands clubs du monde et nous avons une équipe fantastique. Je suis fier de faire partie de ce club », confiait l’intéressé le 29 août dernier.

Désormais lié au mastodonte allemand jusqu’en 2023, Lewandowski peut envisager son avenir avec sérénité. Le transfert au Real Madrid dont il rêvait auparavant n’ayant pas pu se réaliser, le grand Robert entend bien marquer un peu plus de son empreinte l’histoire de l’un des plus grands clubs du continent, qui fêtera ses 120 ans en 2020.

Lewandowski, prince d’Allemagne

Avant de faire la joie des pensionnaires de l’Allianz Arena, le serial-buteur bavarois s’est révélé au Borussia Dortmund. Lewandowski inscrit 103 buts en 187 matchs avec le BVB, brillant tout particulièrement lors de l’exercice 2012-2013. Il achève cette saison avec 36 buts au compteur, dont 24 en Bundesliga et 10 en Ligue des Champions. Buteur lors de la victoire du Borussia sur le Real Madrid (2-1) en phase de poules, le Polonais retrouve la Maison Blanche en demi-finales et réalise un quadruplé au match aller (4-1), propulsant ainsi les siens vers la finale. Dans un entretien avec l’UEFA en février, l’ancienne idole du Signal Iduna Park n’avait d’ailleurs pas manqué de rendre hommage à Jürgen Klopp, qui est allé le chercher au Lech Poznan en 2010 et qui lui a permis d’éclore au plus haut niveau : « Il a libéré cet instinct de buteur en moi et cela m’a permis de franchir l’étape suivante. Je ne savais pas que j’avais un tel potentiel, il a vu en moi quelque chose que je ne pouvais pas voir ».

Transféré au Bayern en 2014, Lewandowski a poursuivi sur sa lancée. Il compte aujourd’hui 209 buts en Bundesliga. Meilleur buteur étranger de l’histoire du championnat allemand, il n’est devancé que par quatre hommes dans la hiérarchie : Manfred Burgsmüller (213), Jupp Heynckes (220), Klaus Fischer (268) et Gerd Müller (365). Etant sous contrat jusqu’en 2023, le Polonais peut raisonnablement envisager de s’installer à la deuxième place, derrière Müller. Il a récolté quatre titres de meilleur buteur du championnat d’Allemagne sur sa route, un avec Dortmund en 2014 et trois autres avec le Bayern, en 2016, 2018 et 2019.

Lewandowski a prouvé la saison passée à quel point il était important au Bayern. Malgré des résultats en dents de scie lors du premier semestre et la nécessité de s’adapter à la méthode Niko Kovac, le Polonais, lui, a tenu la barre. Il s’est montré plus décisif que n’importe quel autre joueur en Bundesliga avec 22 buts et 7 passes décisives en 33 rencontres. Mieux que Jadon Sancho, directement impliqué dans « seulement » 26 buts (12 buts, 14 passes décisives). De par son vécu et ses performances, Robert Lewandowski est désormais le fer de lance de la ligne offensive du Bayern, orphelin d’Arjen Robben et Franck Ribéry. De manière incontestable et incontestée.

Lionel Messi, Cristiano Ronaldo… et Robert Lewandowski

Derrière les extraterrestres Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, personne n’a davantage marqué que Robert Lewandowski en club depuis que le Polonais évolue au Bayern. Avec ses 200 buts, il fait mieux que Luis Suarez (179), Pierre-Emerick Aubameyang (171), Edinson Cavani (170), Sergio Agüero (163) ou encore Harry Kane (162).

Inarrêtable sur la scène nationale, Lewandowski l’est tout autant sur la scène continentale. Il compte en effet 54 buts en 81 matchs de Ligue des Champions. En plus d’être le septième meilleur buteur de l’histoire de la C1 (tours de qualification inclus), le Polonais affiche un ratio impressionnant de 0,67 but par match – mieux que Raul, Ruud van Nistelrooy, Karim Benzema, Thierry Henry ou Filippo Inzaghi, entre autres. Lewandowski peut légitimement aspirer à monter dans la hiérarchie en dépassant Andriy Shevchenko (59 buts), Karim Benzema (60) et Ruud van Nistelrooy (60), voire Raul (71).

D’autant plus qu’il a progressivement étoffé sa panoplie jusqu’à devenir un attaquant complet, voire l’attaquant complet par excellence. La répartition de ses buts dans le jeu en C1 le montre clairement : alors qu’il marquait presque uniquement du pied droit à Dortmund (13 buts sur 15 dans le jeu), il trouve désormais beaucoup plus le chemin des filets du pied gauche (4/29) ou de la tête (11/29). Sans oublier sa capacité à marquer sur coup franc, comme il a pu le rappeler le mois dernier contre Schalke 04.

Toujours en train d’affoler les compteurs, Lewandowski est reparti sur des bases élevées avec déjà 7 buts après quatre journées de Bundesliga. Septuple champion d’Allemagne (2011, 2012, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019), triple vainqueur de la Coupe d’Allemagne (2012, 2016, 2019) et de la Supercoupe d’Allemagne (2013, 2016, 2017), Lewandowski s’est fixé un objectif clair et précis. Il ne lui manque plus désormais qu’à soulever la Ligue des Champions. L’Etoile Rouge de Belgrade en a fait les frais mercredi. Tottenham et l’Olympiakos, autres adversaires du Bayern lors de la phase de poules, sont prévenus : le chasseur de buts risque de faire des ravages dans sa quête de la Coupe aux grandes oreilles.

Quentin Ballue

0