Teenagers hold the flag showing the official logo of the Evian Thonon Gaillard football club before the French L1 football match Lille vs Evian-Thonon on November 5, 2011 at Lille metropole stadium in Villeneuve d'Ascq. The match ended in a draw 1-1. / AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN
Rétro

Depuis L’Evian-Thonon-Gaillard FC : de l’eau a coulé sous les ponts

Qui n’a jamais crié au scandale après l’annonce de l’arrêt brutal de sa série préférée ? Alors que certains pleurent Mindhunter, mis en suspens le 16 janvier dernier par son producteur David Fincher, en Haute-Savoie, les supporters de l’Evian-Thonon-Gaillard FC ont dû affronter la liquidation judiciaire de leur club en décembre 2013… Série la plus palpitante de ces dernières années. Retour sur cette épopée incroyable de l’ETGFC, mise à l’arrêt après une finale de Coupe de France… Mais le Spin-off serait déjà en route…  

Mettre l’eau à la bouche

Au milieu des clochers haut-savoyards, le football est mis en second lieu durant 6 mois de l’année, au profit des sports d’hiver, véritable mine d’or pour le département. Entre le ski et le tennis (pour les autres 6 mois de l’année), le football a du mal à faire sa place au milieu des disciplines huppées. Terres oubliées du football national, au début des années 2000 une brèche s’ouvre autour du FC Gaillard nouveau promu en CFA2 en 1999 puis en CFA en 2002. Derrière ces très bons résultats, Pascal Dupraz fait ses premiers miracles. Enfant du pays, et ex-joueur professionnel, en 1991, l’Annemassien est d’abord joueur (de 1991 à 1993) puis hérite de la double casquette d’entraineur-joueur entre 1993 et 2000 pour enfin devenir l’entraineur de la formation gaillardine. À côté, Dupraz devient agent d’entretien du Palais des Nations de l’ONU et s’occupe tranquillement du FC Gaillard maintenant en CFA (actuel National 2).

« Dupraz devient agent d’entretien du Palais des Nations de l’ONU et s’occupe tranquillement du FC Gaillard maintenant en CFA »

Le club grandit et ses petites installations ne sustentent plus les ambitions du club Gaillardin. Il se rapproche alors du FC Ville-la-Grand, détenteur d’infrastructures nécessaires et de finances plus stables, pour amorcer une fusion. Ces deux clubs rivaux deviennent le FC Croix-de-Savoie 74 en 2003 et l’histoire commence à s’écrire. Le club atteint le niveau national dès sa première saison d’existence… Malheureusement, les finances ne suivent pas, et l’équipe risque gros. Un appel à l’aide est lancé, et le Groupe Danone, présidé par Franck Riboud, se saisit de l’opportunité. Le club sauvé par des aides locales convainc Riboud d’investir dans le FCS74… malgré la redescente en CFA.

Danone. One planet. One health. One CLUB.

Avec Danone en partenaire principal, tout s’accélère. D’abord le club doit se rapprocher d’Évian, zone où s’active la marque, et ainsi fusionner avec le club du coin : l’Olympique Chablais Thonon. Le football se structure dans la région, tout est encadré sous l’impulsion de Danone qui utilise ses moyens managériaux et sociétaux pour faire de l’Olympique Croix-de-Savoie 74 une entité forte pour le football national. Tout va très vite, et le club monte les échelons un à un. En quelques années seulement les Haut-Savoyards sont propulsés en Ligue 1 (2011). La hype se saisi du nouveau club et attire des investisseurs internationaux dans un club situé à deux pas de Genève… Entre autres, Michel Denisot, le célèbre chef étoilé Marc Veyrat, Zinedine Zidane, Bixente Lizarazu, Alain Boghossian font tous leur entrée au capital…

Les sommets haut-savoyards sont atteint

Les supporters prennent peur, et voient l’arrivée du « football business » en Savoie, mais les résultats sportifs pardonnent le tout et poussent à accepter le changement de nom en 2009 pour une entité plus “bankable” : le Evian-Thonon-Gaillard FC et le changement de couleur en rose. Tout est parfait en Haute-Savoie. Le projet fonctionne. Les joueurs arrivent en nombre : Govou, Caçapa, Wass, Poulsen, sur le banc Casoni, Correa puis Dupraz se succèdent… En 2013, l’ETG atteint la finale de la Coupe de France après avoir éliminé le PSG d’Ibrahimovic, de Pastore et de Thiago Silva en Quart grâce à un but de Saber Khalifa… Rien ne peut arrêter l’épopée rose et blanche. La finale sera perdue 3-2 face à Bordeaux, mais elle inscrit tout de même le club dans la légende.

Alors que l’OM n’arrive toujours pas à battre le Paris-Saint-Germain, eux l’ont fait.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase

Cette finale de Coupe de France soutient la réussite du projet entamé par Riboud presque 10 ans auparavant. Jusque-là simple « sponsor » face au tandem Esfandiar Bakhtiar – Richard Tumbach, détenteur de 52 % du club, les actionnaires se frittent… Alors que Riboud espère faire entrer des actionnaires locaux, au sein du capital, Bakhtiar et Tumbach refusent. Le Président, Patrick Trotignon, est viré le 23 décembre 2013 et Danone quitte le navire dès 2014. Le projet perd de l’ampleur et certains actionnaires se désengagent (comme Zidane et Lizarazu), mais le club affiche tout de même de grandes ambitions. Mais les résultats sportifs ne suivent plus… Beaucoup de départs ont déstabilisé l’effectif, et le club est à la peine en L1 bien qu’il réussisse à se maintenir au bout de l’exercice 2013-2014. Mais la saison 2014-2015 est beaucoup plus compliquée. Le club ne brille pas en coupe et termine 18e du championnat. Pascal Dupraz et son frère, Julian, sont licenciés pour faute grave (ils auraient imité la signature de l’ancien président Joël Lopez). Safet Sušić prend la place. Beaucoup de joueurs quittent l’ETG suite à la descente. Daniel Wass est vendu 2,7 millions au Celta Vigo, Adrien Thomasson est cédé 800 000 euros au FC Nantes. En Ligue 2, Evian-Thonon-Gaillard termine 18e et quitte le monde professionnel après 6 ans de jolis coups. La descente est fatale pour le club haut-savoyard. Les comptes sont invalidés par la DNCG et le club est rétrogradé en CFA. Les 8 millions euros de dette et le redressement judiciaire vont plonger l’ETGFC dans l’oubli. Danone choisit de sauver les équipes de jeunes jusqu’en 2017, mais, amère, laisse le club pro disparaître… L’histoire de l’ETG est balayée par une simple vente aux enchères…

L’ETG FC aurait pu choisir Costa Croisières comme sponsor…

La remise à flot

Malgré tout, le Thonon Evian Savoie Football Club reprend le flambeau. Ils repartent en Régional 2 lors de la saison 2017 – 2018. À la tête de tout ça : Jean-Louis Escoffier, directeur d’Elival, société de fonds de placement. Parti sur les bases de l’Évian Thonon Gaillard FC, Jean-Louis Escoffier espère voir renaitre un club avec une aura nationale dans la région. En septembre 2017, Patrick Trotignon, l’ex-président de l’ETG refait surface. Associé à Escoffier, les deux hommes ont de l’ambition. Pour recréer le club, les deux hommes font appel à Ravy Truchot, un investisseur et autoentrepreneur français, très présent aux USA. Un choix pas anodin pour le TESFC. Truchot est propriétaire de la Paris–Saint-Germain Academy North America, le centre de développement et de formation du PSG basé en Floride. Il est aussi le propriétaire du FC Miami City, club d’USL League Two (4e niveau des États-Unis). Un petit club dans le paysage américain qui a tout de même accueilli un certain Sydney Govou en 2015 (tient, tient…) et qui est entrainé par le Haïtien Wagneau Eloi, ancien joueur de l’AS Monaco et du RC Lens. Un appui de poids dans ce nouveau projet haut-savoyard qui prend de l’ampleur depuis 2018. Il devient même propriétaire du club dès 2017. Le club est d’abord entraîné par Régis Beunardeau (actuel entraineur adjoint des U19 du PSG), puis par Bryan Bergougnoux et actuellement par Éric Guichard. Du côté des jeunes, Ravy Truchot à implanter l’International Center of European Football en Haute-Savoie et s’adresse en particulier à de jeunes joueurs américains. Trotignon devient vice-président du club et accompagné de Truchot, le budget du club prend son envol. Rapidement, le club fusionne avec l’Union Sportive Evian-Lugrin pour donner naissance au Thonon Evian Football Club avant d’avaler le club féminin du Croix de Savoie Football Academy Ambilly pour devenir le Thonon Evian Grand Genève Football Club. A la lutte pour la montée en Régional 1, le Thonon Evian Grand Genève devrait rapidement retrouver le niveau national. Entre les réserves du Grenoble Foot 38 et de Bourg-en-Bresse ou d’autres clubs ambitieux comme l’Olympique de Valence, le club tire son épingle du jeu et se retrouve classer 2e après 11 journées, avec deux points de retard sur le leader, mais avec deux matchs en retard. On ne sera pas surpris quand le Thonon Evian Grand Genève FC retournera en finale de Coupe de France !

Mise à jour de l’ETG effectuée…
0