archiveUltras

Nos feuilletonsPasse en profondeur

Il était une fois le supportérisme allemand (1/3) : Gunter A. Pilz, le pionnier

Es war ein mal...la gestion des supporters en Allemagne. Souvent vue comme un conte de fées dans l’Hexagone, elle fascine et interroge: comment un pays aux tribunes gangrenées par la violence et le racisme dans les années 1980 sert aujourd’hui de modèle pour nombre de ses voisins européens ? Tout ne fut pas rose cependant, pas même aujourd’hui. Mais l’abnégation de certains chercheurs a forcé une discussion nationale. Parmi eux, Gunter A. Pilz.
Footballitik

Yann Dey-Helle : “Les ultras du calcio popolare contestent l’industrie du football” (2/3)

L'Italie, comme ses voisins européens, n'a pas échappé à la règle de la financiarisation du football. A l'exception près que, de l'autre côté des Alpes, le prix des billets, les horaires et l'ancrage territorial très local du football italien ont fabriqué le calcio popolare. Un football local et populaire sur lequel Yann Dey-Helle revient.
L'actu

Crever l’écran

Les débats furent longs et âpres. Une question, une seule et unique question arriva à déchaîner les passions et autres joutes verbales. Cette dernière fut la suivante : le football doit-il ou non reprendre ? Depuis, la France est restée seule à quai. Désormais, les questions sous-jacentes à l’originelle se révèlent. Ces dernières interrogent la nature même d’un sport dont les poreuses frontières séparent péniblement la pratique sociale et le divertissement pur. Dans ce questionnement nous retrouvons, inlassablement, le supporter, mais aussi, l’écran. Ces deux entités, interdépendantes, s’opposent. Quand le premier est l’âme de sa pratique, le second est le fossoyeur divertissant. Dans cet affrontement symbolique, est-ce le football qui crève l’écran ou le football qui crève sur l’écran ?
1 2
Page 2 of 2
0