FootballitikLa SignatureNos feuilletons

Il était une fois le supportérisme allemand (2/3): la réunification inachevée

Es war ein Mal...la réunification. Alors que les 30 ans de la chute du Mur de Berlin ont été fêtés en grande pompe en novembre dernier, les écarts de développement entre l’Ouest et l’Est de l’Allemagne montrent un visage moins reluisant de la réunification. En tant que phénomène éminemment social, le football n’échappe pas à la règle.
Nos feuilletonsPasse en profondeur

Il était une fois le supportérisme allemand (1/3) : Gunter A. Pilz, le pionnier

Es war ein mal...la gestion des supporters en Allemagne. Souvent vue comme un conte de fées dans l’Hexagone, elle fascine et interroge: comment un pays aux tribunes gangrenées par la violence et le racisme dans les années 1980 sert aujourd’hui de modèle pour nombre de ses voisins européens ? Tout ne fut pas rose cependant, pas même aujourd’hui. Mais l’abnégation de certains chercheurs a forcé une discussion nationale. Parmi eux, Gunter A. Pilz.
L'actu

Pulisic, un joyau à polir

Dès ses débuts au poste d’entraîneur, Frank Lampard a mené une petite révolution à Chelsea en accordant plus de confiance aux jeunes joueurs. Profitant de cette confiance, Christian Pulisic est l’auteur d’une très bonne première saison en Angleterre. Les Blues espèrent le voir poursuivre dans cette forme étincelante dans un futur proche et cela commence dès ce dimanche en demi-finale de FA Cup contre Manchester United.
L'actu

Bordeaux, la peur du vide

Cette semaine est celle de toutes les peurs en Gironde. En pleine crise interne, Bordeaux et son président Frédéric Longuépée se rendent devant la DNCG ce jeudi après avoir reporté leur audition prévue le 7 juillet. Si King Street suspend ses frais, la rétrogradation du club sera inéluctable, mettant fin à deux années chaotiques chez les Girondins.
Tactique

Portugal 2016 ou la victoire du pragmatisme

Aujourd’hui aurait dû se disputer la finale de l’Euro 2020 à Wembley. La Covid-19 a cependant forcé l’UEFA à reporter la compétition d’un an. En 2016, Fernando Santos emmenait le Portugal vers un premier sacre majeur malgré un jeu critiqué. Le succès du pragmatisme portugais n'est pas sans rappeler l'exploit de la Grèce en 2004, la Grèce dont Fernando Santos fut justement le sélectionneur entre 2010 et 2014.
1 2
Page 2 of 2
0